du 4 au 15 avril 2018

Rosy Lamb

Sur la table Parchemins (2017), la fine surface, dont la texture évoque les bandages hospitaliers, s’accroche à de minces renforts, tels des cannes servant d’appui. Cette impression de précarité trompe cependant, car l’objet est fait en robuste bronze. C’est là le premier signe d’un jeu tacitement conceptuel dans le travail de Rosy Lamb qui pourrait sembler porté par la seule intention de création de beaux objets.

Cette intention, après tout, est ce qui frappe en premier lieu dans les détails et riches surfaces des meubles-sculptures de More Material. Lorsque l’on observe Oceans of Notions, la conception irrégulière de ces panneaux flottants promène l’oeil au fil de leurs méandres, offrant une unité là où se dressent en réalité douze sculptures aux reliefs uniques et aux hauteurs diverses. Bien que ces créations soient emprisonnées de manière pérenne dans le bronze, elles transmettent l’énergie intranquille de tourbillons dans l’eau. Chacun des vingt-deux panneaux verticaux provient d’un modèle unique, aux formes rondes et légèrement picturales, qui révèlent en quelque sorte le positif des sillons creusés des surfaces horizontales.

Tout le travail de Rosy Lamb tend à préserver la fraîcheur et la spontanéité de sa méthode de création, opposant un démenti à l’intensif labeur que nécessite sa réalisation. Pour exemple, les panneaux verticaux ont été réalisés en brossant et en façonnant directement avec de la cire chaude, tandis que les panneaux horizontaux ont été teints à la main avec du pigment pur, puis recouverts de cire et patinés afin de les protéger de l’oxydation.

Rosy Lamb a œuvré avec la patience d’un peintre et la prouesse technique d’un sculpteur à More Material. Les objets qui sont présentés catalysent de longues années d’expérimentation en travaillant les deux disciplines dans son atelier; peindre en sculpteur et sculpter en peintre.

Lorsque j’ai écrit mon livre sur les sculptures de Matisse, Rosy Lamb a été la source d’information la mieux renseignée quant aux processus de moulage. Elle est viscéralement ancrée dans l’artisanat et la fabrication. Son utilisation récente de la peinture sur cire chaude lui a permis de rendre les surfaces de ses sculptures plus expressives encore. Cette innovation constitue l’origine des processus utilisés pour More Material.

Le dénominateur commun des objets de cette collection est leur enracinement dans les réalités physiques. Rosy Lamb a exploré sans relâche la manière dont les matériaux réagissent et répondent au cours de multiples processus. Ces deux dernières années, la fonderie d’Auvergne a été son laboratoire. Elle a collaboré avec les artisans des ateliers, les amenant à bousculer les techniques traditionnelles de fonderie. Elle a fabriqué de la patine extensive, réalisé des essais couleur sur les échantillons en cire des motifs de sa collection. Ses recherches sur les matériaux frôlent l’obsessionnel. Mais c’est là qu’elle déploie toute la richesse de son imagination.

Les aspects techniques, aussi bien que les exigences physiques de la sculpture et de la fabrication de meubles semblent résolument «macho». Les œuvres imposantes de More Material transmettent une bravade; elles ne décoreront pas poliment une chambre, elles l’inspireront. Oceans of Notions, en particulier, avec ses pièces faites main subtilement irrégulières, ressemblent à une vision idiosyncratique des sculptures de l’artiste américain minimaliste Carl André. De fait, le travail de fonderie a souvent été celui de virils artistes. Mais en elles-mêmes, les œuvres destinées à l’intérieur de la maison traitent aussi fondamentalement du travail domestique, moins visible, des femmes qui disposent les boissons sur la table et essuient les déversements accidentels (La surface de la table-sculpture est donc intentionnellement lavable). Qui rangera la vaisselle dans le buffet The Plate Throwers une fois les invités partis? The Plate Throwers, en particulier, révèle un jeu de genre, également actif dans d’autres pièces de la collection. Derrière ces luisantes portes dorées, nous est révélée une obscure lutte domestique des sexes. Une agile figure féminine s’apprête à lancer une assiette à son vis-à-vis masculin qui, lui, marche avec une pile d’assiettes consciencieusement empilées sur sa tête. Même dans les maisons les mieux tenues, le chaos total est à deux pas.

Pour Les Lumières, quatre hommes nus se présentent humbles et apprivoisés, chargés de la tâche domestique d’apporter la lumière. Dans cette série, Rosy Lamb combine son don de rendre les nus vivants et animés avec son caractère inventif. Les jambes et les torses des quatre figures se combinent à des sculptures abstraites filtrant la lumière, ce qui efface leurs identités individuelles. Une tête semble ainsi atomisée de manière solaire, émergeant de son torse. Le titre Les Lumières (en anglais, The Luminaries) est explicite. Il s’agit de lampes fonctionnelles, dans la tradition des torchères figuratives. Mais le nom évoque également une personne remarquable, experte dans son domaine. Ainsi dira-t-on : « Dr. Robertson est une sommité médicale; cette opération porte son nom ». Bien entendu, le mot est le plus souvent utilisé pour qualifier un homme.

Dans l’histoire de l’art, la sculpture figurative commémorative a été consacrée de manière écrasante aux réussites masculines. Tradition bien connue de Rosy Lamb, puisqu’elle a travaillé dans le domaine des monuments publics deux années durant lors de son arrivée à Paris. Sa modeste série Les Lumieres, Hommages, rappelle la tradition grandiose des hommes illustres (Famous Men), telles les 86 sculptures debout qui ornent la balustrade de la cour Napoléon du Louvre. Ils baissent les yeux face à la pyramide, tandis que peu de visiteurs lèvent les leurs vers eux. Canonisés au XIXème siècle par l’architecte Hector-Martin Lefuel, beaucoup d’entre eux (Etienne Duperac, Jean Bullant…) sont oubliés de nos jours. Ils furent certainement des lumières en leur époque. Ne seraient-ils pas appréciés encore aujourd’hui s’ils irradiaient de la lumière?

Traduit du texte d’Ellen McBreen,
Curatrice et professeur d’histoire de l’art, Wheaton College
Consulter le dossier de presse