Cosmopolis

du 20 octobre au 20 novembre 2020

Mario Picardo, Lou Ros, Antwan Horfee, Justin Weiler

« Le plaisir que nous retirons de la représentation du présent tient non seulement à la beauté dont il peut être revêtu, mais aussi à sa qualité essentielle de présent. »

Parmi l’ensemble des questions qui pourraient se poser – à quiconque s’intéresse un minimum au genre, cela va de soi – à propos de ce qui pousse légitimement s’en trouver une qui questionnerait, en premier lieu, le fait même de peindre « aujourd’hui ». L’indicateur trouve naturellement son importance au regard d’un médium qui, d’une part, s’inscrit dans une tradition si dense que l’on ose à peine e considérer les horizons temporels et géographiques et qui, d’autre part, pourrait simplement sembler anachronique pour retranscire avec justesse le temps présent, traversé de multiples flux numériques et d’images évanescentes. La peinture, toujours logée dans une certaine idée romantique d’une production d’atelierclose, solitaire, et dont l’exécution s’inscrit majoriairement dans le temps long que nécessitent ses moyens, serait-elle, ainsi, datée ? Ou tout le moins, inapte à « prendre le pouls » (comme on le lit si souvent des formes d’art où l’actualité résonne) de ce qui se joue dans l’époque ?

La réponse – vous vous en doutez, vous qui lisez ces lignes faisant écho à une exposition de peinture – m’apparaît personnellement comme négative. Mais sa persistane à l’être peut légitimement continuer à intriguer. C’est d’ailleurs, peut-être, une des raisons pour laquelle son énième retour est régulièrement annoncé dans la presse spécialisée, prouvant si tant est que ça soit nécessaire que la peinture, qui fut un des agents de l’intriduction de nouveaux paradigmes esthétiques, peut encore se saisir de la matière même de ce qui est « contemporain ». L’actualité du médium pourrait donc autant tenir de sa nature particulière, qui retient à sa surface tout ce qui est « relatif, circonstanciel », telle une mémoire réitérée de l’instant, qu’à l’ensemble des courants souterrains qui intriguent, et ont permis d’en accroitre la vitalité. C’est là encore une de ses spécificités ontologiques : la peinture.

Franck Balland